L’immobilier d’investissement est-il (toujours) une source d’enrichissement?

Avant de répondre à cette question il convient de bien définir par ce que l’on entend par immobilier d’investissement. Il s’agit pour moi d’acquérir un bien immobilier et d’en tirer un revenu et/ou en tirer un bénéfice en cas de revente. S’agissant du revenu, en général le fruit de la location, celui-ci va bien sûr dépendre de la manière dont on exploite le bien en question, de comment on l’a financé, de sa situation personnel fiscale et familiale etc…bien des paramétrés vont intervenir avec des différences notables sur le résultat au final selon le mode d’exploitation. Pour ce qui est d’en tirer un bénéfice à la revente, le résultat est tellement aléatoire que le fait d’investir uniquement pour cette raison n’est à mon sens pas suffisant, à moins d’avoir tellement de liquidés à placer que le fait de l’investir dans la pierre (valeur sûr par excellence dit on) peut être une stratégie. Nous n’aborderons pas ce cas ici.

Quels sont les différentes manières d’exploiter un bien immobilier?

  • Voyons le plus courant: La location nue. Ce mode d’exploitation peut paraître simple au premier abord et est celui qui vient à l’idée en premier mais il est loin d’être le plus judicieux aujourd’hui. En effet, comme c’est le mode le plus courant (en France du moins), les lois encadrant le secteur son nombreuses et contraignantes pour le propriétaire; en effet depuis de nombreuses années maintenant la balance penche clairement vers le locataire qui se retrouve très protégé contre le méchant propriétaire qui ose lui faire payer un loyer tous les mois. Qu’il s’agisse des baux d’une durée de 3 ans (vous ne pouvez donc pas disposer de votre bien comme vous l’entendez), de la trêve hivernale qui ne permet pas d’entamer une procédure en cas d’impayé avant le printemps, de l’encadrement des loyers dans les grandes villes qui ne permet pas de fixer le montant du loyer de façon libre etc…Rien n’encourage un investisseur les mieux intentionné de passer à l’action. Au final les rentabilités s’écroulent et peuvent même devenir négatives (votre bien vous aura au final coûté bien plus cher qu’il ne vous aura rapporté…). Je n’ai pas abordé ici la fiscalité de vos revenus foncier qui là non plus n’est pas en la faveur du propriétaire. Vous l’aurez compris, ce n’est pas un mode de location que j’encourage aujourd’hui. Le poids des contraintes et le matraquage qui s’ajoute est trop lourd.
  • La location meublée. Cette forme de location présente de nombreux avantages que nous allons développer ici. Nous parlerons dans un premier temps de la location meublée classique. Certes cela implique de meubler le bien mais la liste des équipements à prévoir n’est pas si longue (voir liste).
    • Un avantage majeur tout d’abord, la durée du bail est limité à 1 an. Vous vous dites peut être que c’est un détail mais le jour où il y a un soucis avec votre locataire, vous serez content de ne pas avoir à traîner le problème pendant des années (même si les impayés ne sont pas si courant, cela reste une probabilité non négligeable à considérer dans sa stratégie). De plus, le litige sera traité par le tribunal de commerce et les procédures seront moins longues et moins coûteuses.
    • Autre avantage et non des moindres, vous pourrez ajouter à vos charges, une partie importante de de votre investissement et en optant pour une déclaration au frais réels, vous aurez, en général, zéro impôts sur vos revenus fonciers à payer et cela pendant de nombreuses années (voir tableau).
    • Enfin, du fait que votre location est meublée, vous pourrez louer plus cher votre bien. Cela peut représenter de l’ordre de 15% supplémentaires.
    • Tout ceci est possible en optant pour le statut de Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) au frais réels. Cela oblige à une comptabilité mais qui n’a rien d’insurmontable (des solutions en lignes existent pour moins de 250€ par an voir le lien ici: XXXX). Vous pourrez ainsi déduire tous vos frais; amortissement du bien (une fraction du montant de votre investissement est comptabilisé tous les ans et est considéré comme une charge), intérêts d’emprunts, charges de copropriétés, taxe foncière, etc….
  • Dans la catégorie des locations meublées il y a un mode de location particulièrement avantageux qui s’est développé ses dernières années, c’est la location meublée de courte durée. La différence avec la location meublée classique c’est que vous louez pour une courte période en général via des plateformes telles que Airbnb ou booking. Vos candidats locataires seront des touristes, des travailleurs en déplacements, ou des étudiants pour passer un concours par exemple etc…L’emplacement à une importance primordiale, si vous êtes dans une zone touristique et si vous disposez de transports à proximité, vous mettez toutes les chances de votre côté! Il s’agira bien sûr de bien équiper le logement et de proposer des prestations tout inclue tels que la wifi (indispensable aujourd’hui!). C’est vous qui paierez les abonnements à l’électricité et au gaz mais le prix à la nuitée sera bien sûr en conséquence. Vous pouvez aussi facturer des prestations de ménages. La décoration de l’appartement aura aussi un impact important. Voici un exemple de ce que l’on peut encaisser pour un logement de 2 pièces en région parisienne loué 65€ par nuit pendant 25 nuits pour 5 séjours différents dans le mois (35€ de frais de ménage facturé à chaque occupants) vous récolterez: 65×25+5×35=1800€. Ces chiffres ne sont pas illusoires. Vous constaterez que ça couvre largement les frais. Cela demande bien sûr du travail; si vous faites vous même l’accueil, le ménage, et le linge etc…ce sont aussi des prestations que vous pouvez déléguer.
  • Une autre forme combiné aux avantages de la location meublée est la colocation. Il s’agit de louer un appartement à plusieurs locataires qui auront chacun un espace privatif et partagerons des espaces communs. Le potentiel est important puisque se loger est devenu très cher, et que les usages évoluent. L’utilisateur typique est l’étudiant qui pour l’année scolaire, à besoin d’une chambre. Cela peut aussi intéresser des jeunes travailleurs célibataires qui débutent avec peu de moyens et qui n’ont pas envie de vivre totalement seuls. Le nombres de célibataires, de personnes séparées, etc…ayant besoin de se loger a prix réduits est énorme et donc le potentiel est clairement là. Là encore pour rendre le logement attractif, il est indispensable aujourd’hui de proposer une prestation à la hauteur des besoins. Il sera toujours plus facile de louer des chambres disposant d’une douche individuelle, d’un lit double et la wifi qu’une pièce ri-kiki sans aucun confort. Qui dit petit budget ne veux pas dire endroit sordide! La décoration sera également un élément important. Dans l’idéal pour obtenir une bonne rentabilité, il faut prévoir un appartement dans lequel on puisse aménager 3 chambres confortables minimum avec un espace commun comportant une cuisine et un coin repas. Bien sûr l’emplacement compte, si vous être trop excentré et loin des transports vous aurez plus de mal a trouver des candidats locataires, le prix devra donc aussi être adapté. Un tel espace peut se louer 500€ par mois tout frais compris. Vous pourrez alors percevoir jusqu’à 2000€ par mois si vous arrivez à loger 4 chambres.

Il s’agit ici d’un aperçu de tous les éléments fondamentaux qu’il est indispensable de connaître avant de se lancer, cela pour vous permettre de mesurer le potentiel et si cela vous correspond. Je ne peux que vous recommander de vous former avant d’envisager d’investir des sommes importantes dans un tel projet. Il y a beaucoup d’écueils à éviter et s’appuyer sur l’expérience d’investisseurs aguerris est plus que recommandé.

Des alternatives existent à l’immobilier pour obtenir des rendements importants. Je vous invite à lire l’article suivant:

Comment peut-on aujourd’hui devenir financièrement indépendant?

Cette question vous vous l’êtes peut-être déjà posée. Ou peut-être que vous n’avez pas encore osé ou pensé à vous la poser tellement elle est loin de votre esprit et de votre réalité, doutant que cela puisse devenir même possible pour vous. Le sujet revêt bien des aspects puisqu’il touche à notre rapport à l’argent et toutes les croyances qui tournent autour. Je vous propose ici de s’y confronter. Nous verrons comment cela peut devenir concret pour vous. Je vous invite à faire preuve d’ouverture d’esprit, cela pourrait changer votre vie (et oui, rien que cela!).

Avant de rentrer dans le vif du sujet il convient de définir exactement de quoi l’on parle! Et le moins que l’on puisse dire c’est que si l’on demande à tout un chacun de donner une définition, il y aura des réponses probablement très diverses! Déjà pour commencer qu’entend t’on par « indépendant »?, que cela signifie t’il vraiment ? Si l’on décompose le mot on pourrait traduire par « qui n’est pas dépendant ». De quoi dépendons-nous? Puisqu’il s’agit ici d’argent, sommes nous dépendant de l’argent? Je pense que nous pouvons tous dire « oui » si l’on vit dans une société moderne ou l’argent est « monnaie » d’échange, nous pouvons dire que nous en dépendons (sinon pas d’échange!). Bien sûr si vous vivez sur une île desserte au fin fond du pacifique (peu de chance que vous lisiez ses lignes mais admettons…), l’argent n’aura aucune importance, vous serez dépendant du fait qu’il y ait du poisson où non, vous dépendrez des intempéries si votre cabane prend l’eau etc…L’argent ne vous servira à rien! Voilà déjà une première réflexion.

D’un autre côté, être dépendant de l’argent, au-delà du fait que l’on en ait besoin au quotidien pour faire ses achats, payer le loyer et les factures, peut revêtir des aspects psychologiques voir pathologiques qu’il est bon d’aborder ici avant de rentrer dans le vif du sujet. Si votre rapport à l’agent vous poussent à en vouloir toujours plus, je vous invite à faire un travail sur vous pour en déterminer les causes; est-ce la peur d’en manquer? Tout comme la dépendance affective (le sentiment de toujours manquer d’amour), la dépendance à l’argent sous cette forme vous fera souffrir tant que vous ne vous en serez pas libéré (tiens une nouvelle notion: la liberté…). Il peut bien sûr y avoir divers degrés que l’on retrouve chez certains comportements dans nos sociétés aujourd’hui. Cela va de la pingrerie manifeste à l’avarice maladive. Du comportement qui consiste à mettre de côté, faire quelques économies sur son compte pour se sentir bien (en sécurité) et l’attitude du « Thénardier » exploiteur qui fera tout pour récupérer trois franc six sous malgré une fortune déjà bien constituée sans pour autant obtenir satisfaction.

Que souhaitons-nous vraiment en voulant répondre à cette question d’être indépendant financièrement »? Votre rédacteur est aussi personnellement passé par des phases de manque, et cela malgré une épargne plutôt confortable. J’avais l’impression de ne pas me sentir totalement en sécurité. Je n’était pas totalement libre. Il a fallu que je passe par une phase de « dépouillement » de croyances bien ancrées en moi (héritage familiale, blocages psychologiques etc…) et me confronter aussi à un « dépouillement » matériel pour accepter de me détacher de cette dépendance à l’argent. Suis-je totalement guéri? Disons que je dompte la bête et que cela n’est plus une souffrance. Cela me permet d’en parler librement aujourd’hui et de repartir sur un bon pied.

Alors plutôt que de parler d’indépendance financière, nous parlerons plutôt aujourd’hui d’autonomie financière, ou de liberté financière. L’idée d’être autonome, ne plus être tributaire d’une source extérieur semble plus appropriée à l’objectif visé. Même si on reste d’une manière ou d’une autre lié à un système quel qu’il soit (système économique, financier, support d’investissement etc…), l’idée est d’en être le moins dépendant possible pour acquérir une vraie liberté. Quant à l’idée de liberté, elle touche plus un concept de mobilité à la fois géographique et de temps. Vous pouvez être autonome financièrement, par exemple si vous avez monté votre propre entreprise et dégagez des revenus confortables. Par contre si pour arriver à cela il vous faut travailler 12 heures par jour 7 jours par semaines et sans vacances, même si vous aimez votre travail, êtes-vous vraiment libre?

Analysons ensemble différents critères qui permettrai de prétendre à l’autonomie financière et une certaine liberté :

  • La disponibilité tout d’abord: Si on ne peut pas disposer de son argent comme on le veux alors c’est que l’on est pas libre. Les banques aujourd’hui ont mis en place des dispositifs (grâce à un arsenal législatif dans ce sens toujours plus contraignant) qui ligotent votre argent…Si vous avez une assurance vie et que vous voulez récupérer tout ou parti de votre argent, on va vous demander un motif! Incroyable! Vous avez confié votre argent à une institution financière et pour le récupérer vous devez vous justifier! (je vous invite à lire l’article suivant pour vous mettre à l’abri en cas de pépin du système bancaire xxxxxxx).
  • La rémunération bien sûr et donc les intérêts générés sur le capital investi. Vous serez plus vite autonome si votre argent vous rapporte 10% par an que si elle ne vous en rapporte que 0,5%! Nous verrons l’impact que cela peut avoir sur la durée.
  • La fiscalité. Des dispositifs existent qui réduisent l’impacte fiscale sur les intérêts générés, c’est en général au détriment de la disponibilité. Il y a donc un arbitrage à opérer en fonction de vos objectifs à court, moyen ou long terme. Par exemple sur un PEA (Plan d’Epargne en Action), l’impact fiscal sera réduit après 6 ans de détention. Pour l’assurance-vie c’est 8 ans pour la meilleure réduction fiscale.

La magie des intérêts composés

Maintenant que nous avons débroussaillé le terrain voyons une notion que peu de gens connaissent et qui peut faire toute la différence sur la durée. C’est la magie des intérêts composés. De quoi s’agit-il? Pour simplifier prenons un exemple simple. Imaginons que vous placiez 1000€ qui vous rapporte 1% tous les mois. Au bout de 1 mois vous obtiendrez 1010€ sur votre compte. Bien sûr vous laissez cet argent fructifier ce qui fait que le mois suivant les 1% de rémunération vont s’appliquer sur 1010€, vous aurez donc 1010€ +1010€ x 1%=1020,1€…C’est ce qui s’appelle les intérêts composés. Cela ne vous parait pas grand chose? Regardons maintenant la différence sur 20 ans! Vous aurez capitalisé 10 892€.

Vous faites maintenant la même opération mais vous rajouter 50€ tous les mois à votre capital. Au bout de 20 ans vous aurez accumulé 60 355€, pas mal non? Est-ce que tout le monde peut le faire? Probablement …alors je vous entend dire, oui mais les 12% de rentabilité par an, où est-ce qu’on les trouve? Et bien c’est tout l’objet des différentes solutions proposées ici, vous verrez que certaines vont bien au-delà des 12% par an!

Quelle stratégie pour gagner sa liberté financière?

Pour pouvoir vivre de vos rentes il va falloir établir une stratégie et définir vos objectifs. Il s’agit de gagner « sa » liberté financière et non pas celle d’un autre, ce que je veux dire par là c’est qu’il va falloir déterminer ce qui vous est propre. Voici quelques questions à se poser:

  • De combien avez-vous besoin tous les mois pour être (vous sentir?) libre? Certains seront comblés avec 1500 € alors que d’autres ne seront satisfaits qu’au delà de 5 000 €. Cela dépendra bien sûr de votre situation actuelle, si vous être propriétaire de votre logement et n’envisager pas de le quitter, même si vous avez des charges à payer (taxes diverses, entretien, charges de copropriétés éventuelles, etc…), cela ne sera pas pareil que d’avoir un loyer à payer. Si vous êtes plutôt de nature frugale avec des besoins limités ce n’est pas la même chose que si vous souhaitez partir en voyage 6 mois par an et mener la grande vie! A vous de déterminer ce qui vous correspond.
  • Quel est votre age et quand souhaitez-vous vivre de vos rentes? Si vous êtes à la retraite (avec déjà une pension aussi maigre soit-elle) ce n’est pas comme avoir 25 ou 30 ans et autant de temps devant soi pour épargner.
  • Combien êtes-vous prêt à mettre de côté? Quels sacrifices êtes-vous prêt à réaliser pour arriver à votre but? Si l’idée même de vous passer d’un restaurant est difficile, cela risque d’être compliqué de vous discipliner pour économiser ne serait ce que 50€ par mois! Même si vous avez des revenus conséquents et la capacité d’épargner sans trop vous priver, si vous dépensez sans compter, vous risquez fort de vous retrouver à zéro chaque fin de mois! Cela demandera une certaine discipline.
  • Disposez-vous de temps qui vous permettent de mettre en place des systèmes ou faut-il du tout automatique tout de suite tellement vous êtes débordé? En effet, si vous disposez de beaucoup de temps, les stratégies pourront être différentes que si vous avez un travail qui vous occupe 12 heures par jour et peu de temps de loisirs. Vous pourriez par exemple avec du temps, vous intéresser à l’immobilier locatif et le gérer vous même comme un loisir.
  • Et bien sûr le nerf de la guerre, de combien d’argent disposez-vous tout de suite ou combien pouvez-vous emprunter à la banque si vous n’avez pas d’apport?

Comme vous pouvez le constater il y a de multiples paramètres à prendre en compte et la combinaison appropriés de ces derniers fera que vous réussirez ou non. Si vous êtes jeune mais sans le sous (c’est souvent le cas!) et que vous avez une bonne capacité d’emprunt (car un bon emploi par exemple), alors la stratégie gagnante ne sera pas la même que si vous êtes proche de l’age de la retraite avec un capital en vue de toucher un complément dans quelques années.

Où investir en 2020 lorsque l’on possède 1000€, 10 000€ ou bien plus?

Investir aujourd’hui et placer son argent n’est pas chose aisée!

En effet, il est difficile de faire son choix en cette période d’incertitude! On peut bien sûr placer son argent de façon sûr dans un livret A mais les rémunérations anémiques proposées ne sont guerres séduisantes. Les autres livrets du même genre ne sont pas beaucoup mieux (en gros une rentabilité bien inférieure à l’inflation). Par ailleurs la rémunération toujours plus faible des assurances vie, les incertitudes sur la bourse et l’immobilier en passant par les arnaques en tout genre sur internet…il y a de quoi désespérer et s’y perdre! Sans parler de la fiscalité qui peut encore changer la donne sur le choix final que vous pourriez être amené à faire en fonction de votre situation. De plus les risques liés à l’économie à un relatif court terme doit nous tenir en alerte sur les arbitrages qu’il convient de faire pour se préparer et faire face le cas échéant.

Il n’a jamais été aussi urgent de placer ses économies! Que ce soit pour assurer son avenir, pour faire face aux aléas de la vie (perte d’emploi, divorce…), prévoir les études des enfants, s’assurer une retraite convenable, ou tout simplement améliorer le quotidien, toutes ses raisons sont légitimes pour mettre de côté une partie de son argent durement gagné!

Vous pouvez aussi tout aussi bien souhaité vous construire un patrimoine pour envisager un jour, sur un plus long terme, de vivre de vos rentes et quitter ce job que vous détestez ou limiter vos activités professionnelles si vous êtes indépendant. Nous verrons comment cela est possible (si si!), comment s’y prendre et ce n’est pas nécessairement en possédant une fortune.

Alors vers quel saint se tourner pour placer son argent aujourd’hui?

Cet argent vous l’avez gagné durement, avec le fruit de votre travail, à la sueur de votre front ou grâce à vos connaissances acquises après de longues années d’études. Peut-être avez vous reçu un héritage qu’il soit petit ou plus conséquent. Où alors avez-vous vendu un bien immobilier, que ce soit votre résidence principale devenue trop grande (et gourmande) à l’approche de la retraite. Dans tous les cas il est à vous cet argent et même si en France il est mal vu de parler d’argent et même de s’intéresser à ce sujet, il n’y a pas de honte à vouloir en obtenir plus! Pas de tabou la-dedans (en tout cas pas ici!). Vous ne l’avez pas volé cet argent (si c’est le cas, ça marche aussi…mais à vous de voir!). Et trouver les bonnes réponses n’est pas aisé, nombreux se posent la question aujourd’hui de savoir où placer ses économies et refusent de se soumettre au dicta générale. Ils ont bien raison. Si vous lisez cet article c’est que vous êtes concerné et vous êtes au bon endroit!

Je me suis moi-même interrogé il y a déjà de nombreuses années sur cette question de comment faire fructifier intelligemment mes économies? et j’ai pour ainsi dire essuyé bien des plâtres en me frottant à a peu près toutes les solutions qui existent. Certaines solutions alléchantes au départ ce sont avérées décevantes, pour d’autres j’ai carrément perdu mon argent! Heureusement il y a eu des pépites et surtout j’ai appris énormément de toutes ses erreurs et tentatives, il faut dire que j’ai pris beaucoup de risques qui me permettent aujourd’hui de séparer le bon vin de l’ivraie (livret…mauvais jeu de mot…désolé)!

Tout d’abord qui suis-je pour vous écrire aujourd’hui sur le sujet? Après une carrière dans l’industrie à divers postes à responsabilité dans des services commerciaux et marketing, j’ai souhaité voler de mes propres ailes en devenant indépendant. Je m’intéressais déjà aux sujets de l’investissement et des placements et c’est tout naturellement que je me suis tourné vers le conseil en investissement. Après avoir exercé quelques années, je me suis intéressé à l’immobilier. Je vis maintenant de mon activité et de mes divers placements et c’est avec un grand plaisir que je vous partage mes connaissances aujourd’hui.

Alors revenons à notre question initiale? Que peut on faire aujourd’hui lorsque l’on possède 1 000€, 5 000€…20 000€ voir 100 000€ ou plus et que l’on souhaite les placer quelque part ou ça rapporte (un minimum) et avec un risque mesuré?

Les solutions seront bien sûr variables. Cela va dépendre de nombreux paramètres: en fonction du montant à investir, de la composition de votre patrimoine, de votre âge, de votre aversion au risque ou non, de la durée d’investissement souhaitée, de vos choix personnels etc…la question est donc très vaste! Et on va débroussailler tout cela!

Ce blog aura donc pour but de vous orienter vers diverses solutions; certaines sortent du lot et ont pour but de vous apporter des rendements bien supérieurs à ce que l’on trouve chez les conseillers en patrimoine. Elle sont encore moins disponibles et proposé sur le marché classique, j’entend par là votre banquier ou votre assureur par exemple. A moins que vous n’ayez plusieurs millions d’euros de patrimoine, auquel cas vous pouvez vous adjoindre les services de conseillers et fiscalistes haut de gamme, vous vous retrouvez sans doute démuni face à la jungle des propositions aussi alléchantes les unes que les autres. Si vous êtes là c’est que vous êtes comme la plupart des gens, vous n’avez pas les moyens de vous offrir ce genre de conseils avec des solutions sur mesure. Les conseilles en investissement que vous allez trouver par ailleurs sont en général très orientés pour vous pousser vers des solutions qui les arrangent surtout eux (je suis bien placé pour en témoigner lorsque j’ai exercé ce métier). Ils sont plus préoccupés du niveau de leurs commissions que de véritablement répondre à votre situation.

Nous aborderont divers vecteurs d’enrichissement:

Il y a bien sûr les plans classiques que sont les livrets, Livret A en tête et tous les livrets que proposent les banques avec diverses appellations…c’est un peu mieux que de laisser votre argent sur votre compte courant mais les rendements sont franchement minables…

Un autre vecteur que les Français adorent, c’est l’immobilier. C’est un secteur qui revêt pleins d’aspects et on l’abordera sous un angle différent de ce que vous avez sans doute l’habitude de le voir et d’entendre. Là encore il s’agira de vous présenter des solutions qui sont à la fois rémunératrices, et pour lesquels les montages sont des plus sécurisés. La fiscalité est un élément important dans ce domaine et ça peut aussi faire toute la différence.

L’autre placement préféré des français c’est l’assurance-vie. Là encore, il y a plein de pièges et malheureusement l’horizon s’est noirci ses dernières années. Ce que je vous transmettrai ici aura plus pour finalité de vous dissuader d’y mettre votre argent, sauf peut-être dans des cas précis dont on développera.

Les actions, la bourse…je vous entend déjà dire, oui mais c’est risqué! Tout dépend encore une fois de comment on l’aborde et avec quels outils. Tout ceci vous sera dévoilé.

Et les Crypto-monnaies? Ce que le gouvernement qualifie d’actifs numériques? Est-ce marginal? Est-ce pour les fous furieux? Et bien pas tant que ça! Si les gouvernements s’y intéressent (pas uniquement pour les taxer) c’est qu’il y a là un avenir grandissant. Encore faut-il faire les bons choix, au bon moment. Vous aurez une explications complète sur le sujet et vous verrez c’est passionnant! Ne passez pas à côté…

Vous avez aussi bien sûr la relique barbare…l’or. Si avoir de l’or aujourd’hui peut s’avéré utile pour l’avenir (pas toujours rose qui nous attends), il n’y a pas que cette matière qui est inintéressante. On parlera d’une catégorie « métaux précieux » et il y a là divers possibilités de rentrer dans ce compartiment d’investissement.

Vous aurez un panorama complet de ce qu’il est possible de faire aujourd’hui, la bonne nouvelle c’est que c’est de plus en plus accessible pour tout un chacun si l’on connait les bons filons (et qu’on évite les filous!). Cela vous permettra de diversifier vos avoirs et ainsi de mieux maîtriser votre argent et votre avenir!

Parmi les solution proposée, il y en a une originale qui vous apportera à la fois une rémunération importante (vous ne pouvez même pas imaginer!), une disponibilité immédiate et un niveau de sécurité très acceptable (que l’on peux faire varier à sa guise). C’est d’ailleurs aujourd’hui, pour l’ensemble de ses raisons, que ce vecteur d’investissement représente une part importante de mes placements. Regardez l’article et la vidéo qui suit et vous allez comprendre pourquoi!